Semaine 43 – Comment déléguer

On attaque la 43ème semaine du challenge une Année de Vie Brillante avec Michael Hyatt, président de Michael Hyatt & Company. Connu pour sa capacité à développer des compagnies, dont sa propre firme de leadership, Michael est également auteur d’ouvrages à succès dont Plateforme, Votre meilleure année à vie, etc. Cette semaine, il nous parle de comment déléguer. J’entame donc la vidéo avec beaucoup de curiosité et d’intérêt pour ce sujet qui semble poser un problème encore plus grand aux leaders en temps de télétravail et de pandémie. 

Les erreurs de la délégation

Michael introduit sa vidéo en nous posant la question qu’il se fait lui-même souvent poser : Quelle est la compétence la plus efficiente et la plus importante si tu veux être un excellent leader? Cela s’applique pour un propriétaire d’entreprise comme pour un gestionnaire intermédiaire. Selon Michael, il s’agit de la délégation.En effet, si l’on ne sait pas déléguer, on ne peut pas faire grandir notre business, si on peut pas grandir nous-même, notre business ne grandira pas. Si cela est vrai : pourquoi ne déléguons-nous pas ou pas plus?

Selon Michael, il y a trois erreurs que les gens font lorsqu’on parle de délégation :

  • Numéro 1 : on hésite. On sait qu’il faudrait déléguer, mais il y a quelque chose qui nous empêche de le faire.

Selon Michael, cette hésitation est liée à nos trois croyances limitantes. Ces croyances sont représentées par 3 phrases que l’on se dit à nous-même ‘Si je veux que ce soit bien fait, je dois le faire moi-même’, ‘C’est plus long si je dois expliquer à quelqu’un alors je ferai mieux de le faire moi-même’, ‘Je ne peux pas me permettre de payer quelqu’un d’autre maintenant, alors je vais juste le faire moi-même’. Or, tant et aussi longtemps que je pense à le faire moi-même, je ne peux pas grandir. Michael nous invite à déconstruire ces croyances limitantes une a une.

  • Numéro 2 : on abdique. On délègue au premier venu et on ne s’implique plus.

Lorsqu’on fait ça, on est souvent frustré par les résultats qui découlent de notre ‘délégation’. Michael nous encourage à être explicites car personne ne peut lire dans nos pensées et il nous faut prendre le temps de communiquer nos attentes. Si la délégation n’a pas les résultats escomptés, c’est de notre faute 🙂

  • Numéro 3 : on étouffe. En d’autres termes, on micro-manage les gens.

Tout le monde déteste être micro-managé! Lorsqu’on étouffe les gens, on leur enlève toute motivation, toute enthousiasme et ils sous-performent.

Michael nous rappelle : on ne peut pas hésiter, pas abdiquer et pas étouffer. À la place, on doit s’asseoir, avoir une conversation claire où on définit l’objectif, clarifie les attentes et délègue adéquatement. À savoir : leur laisser le chemin libre, leur donner une autonomie suffisante, et checker de temps à autre si un réalignement est nécessaire.

Pousse ta réflexion plus loin

Pour finir cette semaine, Michael Bungay Stanier (MBS) nous offre un moment pour nous ‘confesser’, en répondant à cette question : 

  • Laquelle de ces croyances limitantes au sujet de pourquoi on ne délègue pas est vraie pour toi?
    • ‘Si je veux que ce soit bien fait, je dois le faire moi-même’ 
    • ‘C’est plus long si je dois expliquer à quelqu’un alors je ferai mieux de le faire moi-même’
    • ‘Je ne peux pas me permettre de payer quelqu’un d’autre maintenant, alors je vais juste le faire moi-même’

Sujet fort intéressant et piège facile pour gestionnaires, la délégation est au coeur du leadership. Apprendre à déléguer est souvent un thème récurrent avec les coachés de Leadership PH. Cette notion va bien souvent de pair avec la gestion des priorités, mais aussi avec la clarté.

Avec quoi je repars?

Une vidéo qui revient aux essentiels et qui remet au goût du jour un concept souvent galvaudé : la délégation!

Et toi? Qu’as-tu pensé de la vidéo?

Quelle est ton erreur de délégation?

À la semaine prochaine pour une Année de Vie Brillante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench