Le côté émotionnel de la force…

Bonjour à toi cher/chère leader Performant & Humain,

T’est-il déjà arrivé de penser que tu avais tout fait, partagé toutes les bonnes raisons pour rallier tes collègues à une décision et pourtant rien ne change ?

Es-tu en quête d’inspiration pour t’aider à faire bouger les choses ?

Alors j’ai peut être une piste pour alimenter ta quête de la force.

 

Inspiré par mes récentes séances de coaching, j’ai envie de te partager une représentation que je trouve très riche pour comprendre les 2 côtés de notre cerveau : le rationnel et l’émotionnel. J’ai fait cette découverte en lisant le livre SWITCH : How to change things when change is hard de Chip et Dan Heath (2010), un bel ouvrage sur la gestion du changement. 

L’éléphant et le conducteur

Repris dans le livre SWITCH, ce concept vient de l’analogie faite par Jonathan Haidt (livre The Happiness Hypothesis) qui compare le côté émotionnel de notre cerveau à un éléphant (instinct, plaisir, douleur) et le côté rationnel à un conducteur assis sur l’éléphant (la portion qui analyse, planifie, pense au futur et aux conséquences).The Elephant and the rider

Fièrement assis sur le dos de l’éléphant, le conducteur tient les rênes et semble être le leader, celui en contrôle… Mais l’est-il vraiment ? Si c’était le cas tu ne lirais probablement pas cet article. La procrastination, le manque de sommeil, le stress avant certaines rencontres, tout cela n’existerait pas, car ce n’est finalement pas très rationnel 😉

Le conducteur toutefois est bien petit à côté de l’éléphant de plusieurs tonnes. Et quand les deux ne sont pas d’accord, le conducteur ne fait pas le poids… Oui, il peut essayer de serrer les rênes plus fort, de tirer l’éléphant dans la direction qu’il voit, mais tout cela au prix d’une dépense d’énergie considérable et cet effort ne peut pas durer très longtemps.

L’éléphant a besoin de sentir que ce que tu souhaites faire est bon pour lui. Et bien qu’il puisse résister dans certains cas, il peut aussi se révéler un allié puissant. Imagine toute cette force mise à disposition de tes projets ! Pour motiver l’éléphant, on peut lui faire vivre l’expérience de façon positive, notamment en lui donnant le sentiment de progresser.

Une métaphore utile dans mon quotidien

Personnellement j’utilise cette métaphore très régulièrement pour me souvenir que les faits, les idées ne sont pas suffisants pour faire avancer un changement et pour me rappeler que je dois parler aussi bien au conducteur qu’à l’éléphant quand je m’adresse à des collègues.

J’aime bien l’expression que la vidéo de résumé du livre présente (je te mets le lien à la fin de l’article) : un changement devrait “Sound Good & Feel Good”. 

Il y aurait plein de choses à dire sur cette analogie et sur le livre SWITCH qui est selon moi LE livre à livre pour développer une meilleure compréhension des mécaniques du changement. Il y a de grandes chances que j’y fasse référence à nouveau dans le futur.

J’espère que tu trouveras ça utile. Je souris en terminant d’écrire ces lignes car ça me rappelle des bons souvenirs de mes sessions avec ma coach mentor Diane Lépine qui m’a rappelé à maintes reprises que émotion, c’est e-MOTION, la force pour passer à l’action ;-).

 

Avant de te laisser, une question à laquelle je te propose de réfléchir : 

Que vas tu faire de différent lors de ta prochaine intervention pour aller parler au côté émotionnel (à l’éléphant) de ton interlocuteur ?

N’hésite pas à commenter et me partager ce que tu en penses !

 

A très bientôt !

 

2 courtes vidéos sur la métaphore et le livre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench