Semaine 5 – Comment être consonant

La 5ème semaine de notre aventure Vis une année brillante commence sur les chapeaux de roue avec la dynamique Laura Gassner Otting. Son thème : comment être Consonant?

Laura est une ancienne chasseuse de tête exécutive pour des organismes à but non-lucratif. Elle est l’auteure de “Limitless : How to ignore everybody, carve your own path and live your best life” (2019). Inutile de vous préciser que j’ai commandé son livre, dont je vous donnerai des nouvelles prochainement. Moi qui passe mon temps à dire : “on s’en moque de ce que pensent les gens”, je trouvais que me munir d’un livre qui expliquait comment faire pour les ignorer allait me donner un tout nouveau coffre à outils  😛

J’ai regardé la vidéo avec beaucoup d’intérêt et les questions abordées ont résonné fort. Quand on parle de bonheur et de succès, de dissonance et de consonance, on touche tout de suite à d’autres niveaux de réflexions et d’introspection… Alors cette semaine, c’est l’authenticité, la vulnérabilité et la transparence qui sont à l’honneur pour être en mesure de vous partager mes apprentissages de cette Année de Vie Brillante.

L’idée de succès

Dans cette vidéo, Laura nous dépeint le succès comme une idée, un objectif que l’on devrait poursuivre. Aller dans la bonne école, trouver le bon travail, marier la bonne personne. Et c’est effectivement ce qu’on fait tous : poursuivre cet objectif énoncé par quelqu’un d’autre, cette définition du succès qui n’est pas la nôtre. Jusqu’au jour où on se réveille en se demandant : est-ce tout ce qu’il y a? Est-ce tout ce à quoi j’étais destiné? La promotion, le bureau fermé, les enfants dans les bonnes écoles?

Laura nous ramène à l’époque où nous devons prendre des décisions, à 16, 17 ou 18 ans. Choisir une université, une majeure, une carrière… Alors qu’à cet âge nous n’avons pas encore développé notre capacité à prendre de bonnes décisions, notre lobe frontal, nous faisons des choix qui vont avoir des répercussions sur le reste de nos vies! C’est sans surprise qu’on se réveille un matin pour s’apercevoir que cette vie que nous avons construite, qui a l’air incroyable sur papier, n’est en fait pas vraiment la nôtre.

Laura nous partage ses apprentissages comme recruteur pour des organisations à but non-lucratif. Souvent des endroits où les gens sont très axés sur le sens (de leur vie, de leur travail) et où on pourrait penser que succès = bonheur.  Toutefois Laura nous partage que, sur les milliers de candidats qu’elle a passé en entrevue, il n’y en a que très peu qui étaient vraiment heureux. C’est ainsi qu’a commencé sa fascination pour le bonheur et le succès, et qu’elle a découvert ce que toutes les personnes pour qui succès = bonheur, avaient en commun.

Consonance

La consonance est l’opposé de la dissonance. On parle ici d’harmonie, d’alignement. De ces moments où ce que l’on fait de meilleur est mis au service d’un problème qui nous touche et pour lequel la reconnaissance est significative pour nous (financièrement, personnellement, etc.). Ce sont les moments où ce que l’on fait correspond à qui l’on est. Les moments où on est à notre meilleur et sans limite. Nous sommes alors consonants.

La consonance est faite de 4 principes selon Laura :

  • Cause (Calling) : cette idée, ce ‘quelque chose’ plus grand que nous, qui nous fait nous lever le matin, Que ce soit l’entreprise qu’on veut démarrer, le portefeuille qu’on veut développer, la famille qu’on veut fonder, la cause que l’on veut défendre…
  • Connexion : c’est la réponse à la question ‘mon travail compte-t-il?’. Si je ne vais pas travailler demain, quelle différence cela fait? Qui le remarquerait, s’en préoccuperait? Notre travail quotidien répond-il à notre Cause (Calling)?
  • Contribution : contrairement à la connexion qui tourne autour du travail, cette notion est centrée sur nous. Comment ce salaire, cette marque, me permettent d’avoir la carrière que je veux? Comment ça me permet d’avoir la vie que je veux? De pouvoir vivre mes valeurs au quotidien?
  • Contrôle : cette notion répond à la question de savoir à quel point nous avons le pouvoir d’influencer comment le travail que nous faisons est connecté à la Cause que l’on sert et à quel point il contribue à la vie que nous voulons avoir.

Que faire quand on ne sait pas qui on est, et qu’on s’aperçoit qu’on s’est peut-être trompé sur ce qu’on voulait ou pensait être? On se tourne vers les réseaux sociaux et on est alors confronté à ce que Laura appelle les 4 chevaliers de l’apocalypse du succès : la passion, le but, l’équilibre et le bonheur. Quatre notions enfermées dans des images qui ne représentent pas vraiment la réalité. Petit clin d’œil à toutes les personnes qui postent des images de leur succès et de leur bonheur, comme pour montrer aux autres qu’ils ont réussi.

Difficile de trouver le bonheur quand on ne sait pas qui on est. C’est la raison pour laquelle Laura conseille de se poser la question : “à quoi correspond le succès pour moi?”. Non pas ce que les autres (parent, professeur, boss) pensent qu’est le succès, mais véritablement ce qu’est le succès pour moi, maintenant, là où je suis rendu(e) dans la vie. Se poser la question : qu’est-ce qui me rendrait heureux et en même temps me donnerait le sentiment d’avoir du succès? Déterminer par nous-même ce qui va nous donner de la consonance! Et c’est ainsi, selon Laura, que nous atteignons le stade où nous n’avons plus de limite.

J’avoue candidement que c’est une question que je me pose bien souvent. Presque à chaque “milestone” de ma vie personnelle ou professionnelle, je me demande si ce que je choisis, les efforts que j’ai fait pour arriver là où je suis, sont vraiment le fruit de ma volonté personnelle, de mon envie. Graduer dans le peloton de tête de ma promo répondait plus à la définition du bonheur et du succès de mes parents qu’à la mienne. Gérer un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel et 80 personnes à 23 ans, quand, dans ta tête, y’a des images de voyages, et des envies d’ailleurs, c’est clairement que tu vis le “rêve” de succès de quelqu’un d’autre.

Bien souvent, quand j’accomplis des choses, que j’arrive au but que je me suis fixé, je me demande ce qu’il y a derrière, ce qu’il y a après. Je suis contente quand j’atteins ou dépasse mes objectifs, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander si ce sentiment est vraiment du bonheur, ou juste de la satisfaction. Si je coche des items dans une liste que j’ai créée ou, pire, que quelqu’un a créée pour moi.
N’hésite pas à me partager si toi aussi tu te poses ce genre de questions!

Pousse ta réflexion plus loin

Pour finir cette semaine, Michael Bungay Stanier (MBS) nous offre cette question de réflexion : que peux-tu expérimenter aujourd’hui pour te rapprocher de ta cible (ta Cause) avec de petites expériences peu risquées?

On reconnaît bien ici le style de Michael, qui me parle tant. Un biais pour l’action 🙂

Nourrir notre réflexion est essentiel, mais sans passage à l’action, à l’expérimentation, il est peu probable que ces apprentissages soient autre chose que des “leçons”. Dans le même genre que celles qu’on repassait à l’école… pour les oublier presque aussitôt… et en apprendre de nouvelles.

Avec quoi je repars?

Cette vidéo a eu un écho majeur! En cette période de pandémie, confinement, remise en question de ce qu’était la vie normale, celle d’avant, se poser la question de la résolution de l’équation “succès = bonheur” n’est pas chose facile, surtout quand ça ressemble à une équation à 2 inconnues!

Ça m’a fait penser aux nombreux articles sur les remises en question d’une proportion grandissante de la population, suite aux changements dûs au télétravail, à l’école à la maison, à la précarité soudaine de choses qu’on croyait trop souvent bien ancrées et immuables. Pour accompagner mes amis, collègues, coachés, dans cette réflexion, cette redéfinition du succès et du bonheur, ça me prenait à moi aussi (et même à moi d’abord) de réfléchir à ma propre consonance!

 

Et toi? Comment as-tu trouvé la vidéo de cette semaine?

Es-tu consonant?

À la semaine prochaine pour une année de Vie Brillante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench