Semaine 13 – Comment rester loin du drame

Pour cette treizième semaine, Cy Wakeman nous invite à réfléchir à Comment Rester Loin Du Drame (ou Drama en anglais). Cy est l’auteure du livre No Ego (‘Sans égo’), paru en 2017. Elle est aussi l’hôte du podcast du même nom. Cy est reconnue pour son approche réaliste du leadership et sa philosophie, s’adressant aux exécutifs comme aux employés, qui permet de se concentrer sur la responsabilité personnelle en abandonnant le drame.

Le drame

Cy commence sa vidéo en nous expliquant qu’elle est chercheuse en Drame. Autrement dit, sa recherche se concentre sur le temps et l’énergie qu’on perd dans le Drame au bureau, soit deux heures et demie par jour par personne en moyenne! Oui : 816 heures par an perdues à se plaindre, résister au changement, colporter des ragots, etc. Quelle perte de productivité pour l’entreprise! Et que de temps passer à ressentir des émotions négatives et à se rendre malheureux! Pour Cy, le rôle du leader est de se débarrasser du Drame au travail en enseignant à l’équipe de bons processus mentaux.

Avant d’être chercheuse en Drame, Cy était psychologue. Elle a passé beaucoup de temps à observer les gens et s’est rendue compte que souvent les personnes qui venaient la voir ne comprenaient pas comment leur cerveau fonctionnait. En les aidant à comprendre comment leur cerveau marchait, ils ne se laissaient plus prendre par leur égo et ils comprenaient comment le monde marchait et arrêtaient alors d’argumenter avec la réalité. En devenant une leader, Cy s’est aperçue que son travail n’avait pas changé : il consistait à aider ses équipes à comprendre comment leur cerveau marchait pour rester loin du Drame.

Ton interrupteur

Cy nous explique que notre cerveau possède un interrupteur. Lorsque nous avons l’interrupteur ouvert au Drame, c’est comme si tout ce que nous voyons était corrompu, notre cerveau aura alors tendance à interpréter les choses négativement, à travers les filtres de notre égo (voir des options limitées, des insultes là où il n’y en a pas, nous considérer comme des victimes). C’est le moment où les comportements négatifs de Drame vont être utilisés pour se sentir mieux. En revanche, lorsque l’interrupteur est fermé au drame, notre cerveau est ouvert à toutes les formes d’intelligence. On devient naturellement créatif, innovateur, collaboratif, bref, à notre meilleur. 

Pour passer d’un état à l’autre, Cy nous explique que le meilleur outil est l’auto-réflexion. Cy apparente l’auto-réflexion aux bonnes pratiques de coaching décrites par Michael Bungay Stanier (MBS) dans son livre The Coaching Habit. Cette capacité à rester curieux un petit peu plus longtemps, le crédo de MBS, nous amène à nous poser des questions puissantes. Car c’est selon Cy, tout l’art du coaching : amener les personnes à fermer leur interrupteur au drame, sans leur dire quoi faire, mais en leur posant des questions d’auto-réflexion.

Cy finit sa vidéo avec un parallèle sur le David de Michel-Ange. Nous avons trop souvent tendance à croire que nous pouvons aider les gens en leur apportant quelque chose, en leur disant quoi faire ou en donnant notre avis, des conseils, etc. Alors que, d’après Cy, c’est en réalité en enlevant de la personne tout ce qui n’est pas le meilleur d’elle-même, ce qui l’empêche d’être innovante, créative, engagée. Et comment faire cela? En guidant la personne vers l’auto-réflexion, l’outil ultime pour désamorcer le Drame!

Pousse ta réflexion plus loin

Pour finir cette semaine, Michael Bungay Stanier (MBS) nous offre de pousser la réflexion plus loin sur de nouvelles habitudes anti-Drame que nous essayons de mettre en place : 

  • Penser à une personne 
  • Quelle est la situation?
  • Quel est le Drame?
  • Comment allez-vous réagir différemment la prochaine fois que cela se produit?

Ces questions nous ramènent à l’un des messages de Cy Wakeman dans sa vidéo. Pour parvenir à aider une personne à sortir du Drame, il faut que nous soyons dans une position où nous sommes à notre meilleur (interrupteur fermé au Drame). Nous pouvons alors réfléchir à comment susciter l’auto-réflexion pour nous, comme pour les personnes que nous souhaitons aider.

En tant que coach, notre travail est d’aider les gens à trouver des outils, des moyens, des façons d’atteindre leurs objectifs, leur plein potentiel plus rapidement et plus efficacement. La règle d’or est de ne jamais donner de conseils, mais d’aider nos coachés à trouver leurs propres réponses. 

Avec quoi je repars?

Une vidéo qui nous permet de nous poser la question de ce que nous voulons mettre en place pour nous tenir Loin du Drame. Comme une bonne résolution de début d’année pour être à notre meilleur.

J’ai aimé les parallèles avec les deux livres de Michael Bungay Stanier que j’ai lu à plusieurs reprises et qui sont de grandes inspirations pour mon développement personnel comme pour mes coachings. 

Et toi? Comment as-tu trouvé la vidéo de cette semaine?

Quel est ta question pour susciter l’auto-réflexion?

À la semaine prochaine pour une année de Vie Brillante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench