Semaine 40 – Comment pardonner

Cette semaine, c’est Desiree Adaway qui nous accompagne dans la quarantième semaine du Challenge. Desiree est une coach, consultante et formatrice, reconnue notamment pour son expertise internationale ainsi que sa grande capacité à bâtir des organisations durables, équitables et inclusives. Desiree nous parle aujourd’hui de comment pardonner. 

Justice réparatrice

Desiree débute sa vidéo en nous parlant du thème de la semaine : la pratique de la justice réparatrice, et à quoi cela ressemble en termes de compétence de leadership. Lorsqu’on parle de justice réparatrice sous l’angle de compétence de leadership, on parle de comment intégrer le pardon et la réconciliation comme des essentiels pour bâtir des cultures corporatives. Desiree pense que nous causons beaucoup de dommages et de traumatismes autour de nous, particulièrement à ceux dont l’identité est marginalisée. Lorsque nous avons des compétences sur comment avoir des conversations difficiles sur la race, le genre, la classe, nous sommes en mesure de créer des organisations plus sécuritaires, plus courageuses et plus pacifiques.

Selon Desiree, le pardon devrait toujours être pratiqué en combinaison avec l’imputabilité. Pour elle, l’imputabilité n’est pas seulement punitive, elle est avant tout amour et bienveillance, car on est imputable auprès des gens dont on se soucie, ceux que l’on veut voir réussir. Le pardon se pratique donc avec imputabilité, gouvernance, transparence et vérité. Cela permet de passer d’organisations compétitives à des organisations inclusives et collaboratives.

Pardon

Selon Desiree, le pardon est un processus qui implique un changement d’émotion, d’attitude par rapport à l’offenseur. Le pardon doit toujours être intentionnel, volontaire et venir d’une décision délibérée. Personne ne peut nous faire pardonner et le pardon n’est pas toujours possible. Selon Desiree, amener le pardon au sein des organisations permet de réparer les émotions (ce qui les déclenche) que nous associons à des organisations abusives, qui nous permettent de relâcher notre hostilité, notre colère et amertume.

Desiree nous indique que nous ne pouvons pardonner sans vérité. Pour pardonner, il faut qu’il y ait eu des excuses sincères. Le pardon est pour la guérison individuelle et comment, en tant qu’organisation, nous pouvons aider les individus à guérir.

Réconciliation

Selon Desiree, la réconciliation consiste à restaurer des relatons. Pour les organisations, il consiste à reconnaitre le passé, les erreurs et les souffrances, et de changer les comportements et attitudes. Desiree pense que le pardon est possible sans réconciliation, mais que l’inverse n’est pas vrai. Si le pardon est une guérison individuelle, la réconciliation est la guérison sociale, départementale, organisationnelle.

Desiree nous pousse à réfléchir à l’impact d’avoir plus de pardon et de réconciliation dans nos organisations. Cela permettrait d’avoir plus de responsabilité personnelle, plus de bonheur et d’authenticité, plus de confiance et d’authenticité, plus d’équipes qui s’entraident, plus d’intégrité et plus de guérison. Desiree finit par une statistique : 92% des conflits dans les organisations viennent de mauvaises interprétations personnelles et de politiques de pouvoir. Il faut amener plus de pardon et de réconciliation si nous voulons changer nos organisations!

C’est une réflexion intéressante que nous partage Desiree. Avant la pandémie, nous parlions déjà de changer les organisations, avec le télétravail et la distanciation, les corporations ont replacé l’humain au centre de leurs préoccupations. Pour Leadership PH (Performant et Humain), c’est une considération qui est au cœur de notre mission : changer le paradigme des organisations performantes ou humaines pour celui des organisations performantes et humaines! Développer l’humanité, l’authenticité, la vulnérabilité, comme autant de valeurs et de compétences qui mènent les individus, les équipes et les organisations à la performance.

Pousse ta réflexion plus loin

Pour finir cette semaine, Michael Bungay Stanier (MBS) nous parle de ce qui a le plus résonné pour lui dans la vidéo de Desiree : ‘Le pardon est un processus qui implique un changement d’émotion, d’attitude par rapport à l’offenseur. Le pardon doit toujours être intentionnel, volontaire et venir d’une décision délibérée’.

MBS nous offre deux belles questions de réflexion : 

  • Qu’est-ce qui résonne pour toi dans cette leçon?
  • À qui décidez-vous, maintenant, de pardonner?

Un exercice qui peut amener des réponses assez intenses, mais qui peut aussi permettre de se rendre compte que tout est dans la mesure. De la bienveillance, oui!…mais pas trop. Du challenge, oui!…mais pas trop de pression.

Avec quoi je repars?

Une vidéo qui m’a semblé un peu brouillon, avec un objectif pas toujours clair, mais qui touche à un sujet qui est au centre de mes préoccupations de coach et de gestionnaire : faire de nos organisations, des environnements positifs et bienveillants où il est possible pour chacun de se développer.

Et toi? Qu’as-tu pensé de la vidéo?

À qui pardonnes-tu ?

À la semaine prochaine pour une année de Vie Brillante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench